Skip Ribbon Commands
Skip to main content
Ministry of Foreign Affairs, Regional Integration and International Trade
Ministry of Foreign Affairs, Regional Integration and International Trade>News>Maurice et la Chine font un pas décisif vers un ambitieux accord de libre-échange

News

Average Rating

Related News

Maurice et la Chine font un pas décisif vers un ambitieux accord de libre-échange

Date: August 22, 2018
Domain:General
 

 

    Il s’agit du tout premier accord de ce genre que la Chine signera avec un pays africain

Maurice et la Chine sont engagés dans des négociations en vue d’un accord commercial de libre-échange. Le troisième round des négociations se tient du 13 au 15 août 2018 à l’hôtel Hilton à Flic en Flac.

Le ministre des Affaires étrangères, M. Vishnu Lutchmeenaraidoo, a officiellement ouvert les travaux ce lundi 13 août. Il a situé l’avènement de cet accord dans la nouvelle dynamique des relations Maurice-Chine, fondée sur l’amitié et le respect mutuel.
Il s’agit du tout premier free trade agreement (FTA) que la Chine signera avec un pays africain.
L’accord a, de ce fait, une portée stratégique qui dépasse le cadre des échanges bilatéraux. Le chef de la diplomatie se dit convaincu que fort de cette avancée, Maurice disposera d’arguments solides pour jouer un rôle de courroie de transmission par excellence entre la Chine et l’Afrique.
« Un nouvel ordre mondial se dessine. Le centre du pouvoir est en train de bouger vers l’Est. L’Afrique, de son côté, ne veut plus être considérée comme le Continent oublié » observe le ministre des Affaires étrangères.
Dans cette optique, la Chine aspire à un rôle prépondérant dans ce nouvel ordre mondial, avec, à la clé, son gigantesque projet La Ceinture et Route.
Le ministre Vishnu Lutchmeenaraidoo plaide, par ailleurs, pour une conclusion dans les meilleurs délais de l’accord de libre-échange. Il dit espérer qu’on puisse signer le FTA durant la visite prochaine du Premier ministre, M. Pravind Jugnauth, en Chine en début de septembre dans le cadre de la réunion du Forum on China-Africa Cooperation (FOCAC) qui se tient à Beijing.
Le ministre des Affaires étrangères soutient, d’autre part, que le FTA devra véritablement refléter les ambitions d’ouverture et de libéralisation des échanges économiques. Il a, à cet effet, mis en garde contre les dangers des règles d’origine trop rigides et des barrières non tarifaires qui puissent contrarier la libre circulation des marchandises, des services et des personnes.
La bonne foi doit prévaloir, insiste le ministre Vishnu Lutchmeenaraidoo. « Des règles d’origine trop complexes peuvent agir comme obstacle à la philosophie d’ouverture d’un accord de libre-échange. De la même manière, les barrières non tarifaires, à l’instar des permis d’importation, risquent d’avoir des effets contraires de ce que nous souhaitons réaliser »
Il se dit confiant que Maurice et la Chine puissent s’engager dans un accord commercial gagnant-gagnant qui trace la voie à une nouvelle ère de relations économiques.
Le Chef de la délégation chinoise, M. Hu Yingzhi, Deputy Director General du ministère du Commerce de Chine, s’est, lui, réjouit de l’engagement personnel du ministre des Affaires étrangères, M. Vishnu Lutchmeenaraidoo, pour faire avancer les négociations sur le FTA.  La récente visite à Maurice du Président de la République populaire de Chine, M. Xi Jinping, marque une nouvelle étape dans les rapports entre Maurice et la Chine. Elle témoigne aussi de l’importance que le gouvernement chinois accorde à Maurice, un Etat-océan qui ambitionne un rôle stratégique dans l’axe Asie-Afrique.
Maurice et la Chine ont décidé de libéraliser davantage leurs échanges commerciaux pour mieux prendre avantage des nouvelles opportunités qui se présentent.
En effet, les entreprises chinoises pourront bénéficier de l’accès préférentiel de Maurice aux marchés régionaux en Afrique, tels la SADC et le COMESA. Elles pourront utiliser Maurice comme un centre de distribution et de valeur ajoutée. Le projet de port franc de JinFei à Riche Terre prend dans ce contexte toute sa pertinence.
L’accord de libre-échange permettra, par ailleurs, aux producteurs mauriciens d’écouler plus de produits sur le marché chinois dans des conditions plus favorables. Il permettra aussi de rééquilibrer dans une certaine mesure les échanges commerciaux entre les deux pays et qui, pour l’instant, est nettement en faveur de la Chine.
Les importations venant de Chine sont chiffrées à $853 millions, alors que les exportations mauriciennes dans le sens inverse sont évaluées à $27 millions seulement.
Les négociations sur l’accord de libre-échange avaient démarré en avril 2018 à Maurice. Le deuxième round des discussions a eu lieu au mois de juin en Chine. Les deux parties espèrent enregistrer des progrès encore plus substantiels durant le troisième round.
Click on the link below to view video:

(0) Comment(s)